Propositions FO adressées à la collectivité

Voici les “humbles” réflexions du Syndicat FO Normandie adressées à sa demande à notre collectivité sur le télétravail.

Celles-ci seront-elles seulement étudiées, prises en considération ? Les 2 “gros”…..

Le télétravail a été expérimenté pendant le confinement imposé par la crise sanitaire.

Si certains agents avaient déjà eu la possibilité de télétravailler de manière régulière ou occasionnelle, ce n’était pas le cas pour la majorité d’entre eux.

Parmi ces nouveaux télétravailleurs, de nombreux agents souhaitent poursuivre cette expérience malgré la fin du confinement, selon les doléances adressées à notre syndicat. En effet, le télétravail présente de nombreux avantages pour les agents comme pour la collectivitégain de productivité, autonomie, souplesse dans l’organisation du travail, suppression des temps de transport, réduction des coûts liés aux locaux, diminution des émissions de CO2 engendrées par les déplacements quotidiens, etc.

Cette expérience, si elle a été positive, va donc très certainement jouer un rôle d’accélérateur dans le recours au télétravail “post-covid”.

Le télétravail pourrait être mis en place dans le cadre d’une charte élaborée par la collectivité en partenariat avec l’ensemble des OS, n’en déplaise « aux 2 gros », afin de respecter l’ensemble des agents, ceci évidemment dans un autre monde !

Notre syndicat FO propose d’envisager 3 jours au maximum par semaine, et non seulement 2 !

Notre Président souhaite certainement associer, au moins contextuellement, l’ensemble des OS .

Ceci permettrait de préciser :

  • les conditions de passage en télétravail et les conditions de retour à une exécution du contrat de travail sans télétravail ;
  • les modalités d’acceptation par les agents des conditions de mise en œuvre du télétravail ;
  • les modalités de contrôle du temps de travail ou de régulation de la charge de travail, mais aussi évidemment pour les agents non-télétravailleurs sur site ou dans les établissements;
  • la détermination des plages horaires durant lesquelles la collectivité peut contacter l’agent en télétravail ;
  • les modalités d’accès des travailleurs handicapés à une organisation en télétravail.

    Attention : Réunions à répétition, garde d’enfants…  : “gare au pétage de plombs” avec le télétravail forcé !

La mise en place du télétravail doit continuer à revêtir un caractère volontaire pour l’agent. Ce mode d’organisation du travail suppose donc l’accord préalable de celui-ci.

La collectivité peut toujours proposer à l’agent d’effectuer son activité en télétravail, mais celui-ci peut tout à fait refuser cette proposition. Son refus devra être pris en compte sans aucune contrepartie.

Enfin si la collectivité refuse d’accorder le bénéfice du télétravail alors que l’agent occupe un poste éligible, dans les conditions prévues par la future charte sur le télétravail, elle devra motiver sa décision.

Vu notre expérience récente, il faudra prévoir d’organiser des sessions de formation pour les nouveaux télétravailleurs afin de présenter les outils spécifiques au télétravail et à l’organisation qui en découle ( visio-conférence, assistance téléphonique, etc.), soit les outils pour travailler à distance et rester productif.

Il faudrait aussi rappeler qu’un télétravailleur pointe 4 fois comme ses collègues, et non une seule fois comme cela a été appliqué pendant le confinement .

A votre disposition pour tout développement souhaité de la part de la collectivité.

Syndicat FO .

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *